Stopper le mental

Pensées compulsives, « petit vélo » et autres parasites.

Trop. Quand le cerveau pense trop. Ni bien ni mal, juste trop. Qui n’a pas un jour rêvé de pouvoir se concentrer sur son livre sans penser à la liste des courses, s’endormir sans refaire le monde, avoir une conversation sans anticiper la réunion de demain…? Un cerveau qui pense est un cerveau en bonne santé. Ce sont les conséquences d’un cerveau qui pense trop qui, à terme, impactent notre résistance et notre santé.

Je ne développerai pas ici les troubles pathologiques : rumination, pensées intrusives ou obsessionnelles, pensées compulsives (TOC), …ils ont d’autres origines et d’autres incidences.

Pour autant, notre « petit vélo », cette capacité qu’a notre cerveau à réfléchir dans toutes les directions, peut se prévaloir d’un pouvoir de nuisance non négligeable.Un fait intéressant que souligne N. Chatillon, psychanalyste : « s’encombrer la tête a une fonction d’antidépresseur. Ce mécanisme nous permet paradoxalement de faire écran à nos angoisses existentielles les plus profondes en nous coupant de nos sensations ». Si le lien de causalité reste une piste intéressante, la conséquence énoncée, fondamentale, nous met sur la voie de la solution : revenir aux sensations corporelles, (re)établir le dialogue entre le corps et le mental. C’est là que la sophrologie intervient.

Cet idéogramme chinois représente le concept de l’Homme Total en sophrologie. Celui qui est capacité d’équilibrer son mental, ses émotions, et son corps.

La majorité des propositions sophrologiques encouragent cette dynamique, et votre sophrologue saura les adapter pour vous, en fonction de votre schéma et de vos besoins. Quelques techniques de bases sont fondamentales, et restent des outils précieux, accessibles et réactifs.

1 – Accueillir

La sophrologie est une discipline qui revendique ses orientations phénoménologiques. Ce que l’on entend simplement par « phénomène » est ce qui se présente à la conscience, ici et maintenant.

Ce qui se présente à nous est notre réalité objective, cela nous appartient.Alors certes, les pensées compulsives sont une possession un peu  encombrante, mais elles sont vôtres. Essayez de les accueillir comme telles. Et visualisez-les. Elles remplissent une baignoire qui finira bien par se vider (un temps soit peu que le robinet soit fermé, nous sommes d’accord; voilà donc un autre sujet.)

2 – Respirer

Nous respirons comme nous marchons : inconsciemment, par réflexe. Et si je vous demande de respirer en conscience, là , maintenant…respirez…se sont vos épaules qui se soulèvent, n’est-ce pas ?

La respiration abdominale nous permet de respirer « mieux », d’imprimer plus profondément les bénéfices d’oxygénation.

Concentrez-vous, respirez :
  • Dans un premier temps, sentez l’air qui entre par votre nez, qui sort par votre bouche…
  • Ensuite, l’air qui gonfle votre ventre à l’inspiration, qui le dégonfle à l’expiration.

Outre les bienfaits physiologiques de cet exercice (mobilisation du diaphragme, régulation du rythme cardiaque…), vous encouragez la communication entre votre mental et votre corps. L’un s’occupant de l’autre, vous arrivez à canaliser vos pensées parasites.

« Nulle part ne nous rencontrons quelque chose qui se donne comme purement senti, comme vécu pour moi, sans objectivation [intentionnalité]. »    – Husserl –

3 – Ressentir

Sentir, ressentir, percevoir, éprouver…Chacun est en capacité de faire l’expérience de ses perceptions. Qui est un kinesthésique qui liera ses sensations au toucher, au contact ? Quel autre sera sensible aux sons ? à son environnement sonore ? Etc…

Quel que soit le moment de la journée, quelle soit la situation, apprenez à « lire » votre corps. Quelle est votre posture ? Quels muscles percevez-vous ? Comment ressentez-vous le contact de vos vêtements ? Quelles sont les odeurs qui vous entourent ? Les courants d’air ? Sa consistance ?… Interrogez vos sens. Apprenez à ressentir. Ecoutez vos perceptions physiques. Vous ferez connaissance avec votre corps et vous occuperez votre mental. A vous de jouer !

Gérer ses pensées, comme gérer ses émotions, présuppose une prise de conscience préalable. Et une mise en conscience consécutive pour tendre vers une autonomie psychique et émotionnelle. Le rapport au corps est fondamental.

La communication entre votre corps et votre mental est le point de départ: encouragez le dialogue !


Bibliographie

Fradin, J., Aalberse, M., Lefrançois, C., Gaspar, L., & Le Moullec, F. (2011). L’intelligence du stress: Mieux vivre avec les neurosciences. Editions Eyrolles.

http://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Epanouissement/Articles-et-Dossiers/Arreter-de-se-prendre-la-tete/Arretons-la-rumination-mentaleSartre,

J. P. (1943). L’être et le néant (Vol. 14). Paris: Gallimard.De Waelhens, A. (1950). La Phénoménologie du corps. Revue philosophique de Louvain48, 371-397https://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_0Carfantan, S. (2002). Cinq leçons sur la perception. Leçon 14

J. P. (1943). L’être et le néant (Vol. 14). Paris: Gallimard.De Waelhens, A. (1950). La Phénoménologie du corps. Revue philosophique de Louvain48, 371-397

https://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_0Carfantan, S. (2002). Cinq leçons sur la perception. Leçon 14

2 réflexions sur « Stopper le mental »

  1. Une expérience interessante découverte avec Florence Parot spécialiste du burn out. Avec un mental très présent la respiration ne me permet pas de le débrancher : elle est dynamique et fait intervenir le nez proche du cerveau.
    Ce qui me permet vraiment de déconnecter c’est de me concentrer sur mes pieds. Contact avec le sol, les chaussures, les chaussettes, forme, présence. Ils sont plus éloignés du cerceau et ne bougent pas sauf si c’est moi qui le souhaite 😁
    Du coup elle propose un exo pour faire une pause de 2 mn ou elle propose de se concentrer soit sur sa respiration soit sur ses pieds soit une alternance des 2, au choix. Étonnant comme expérience !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close